Terry Pratchett : Le dernier héros

02/10/2015

Terry Pratchett est l'un de mes auteurs préférés. Retrouvez sur Curabooks Coup de tabac et De bons présages

Présentation et résumé

 Terry Pratchett (1948-2015) est un écrivain anglais extrêmement prolifique, notamment connu pour la série d'heroic-fantasy Les annales du Disque-monde (réunissant à elle-seule plus d'une quarantaine de tomes). Ses écrits se caractérisent généralement par un grand sens de l'humour et un maniement habile de l'absurde, et tendent à détourner les archétypes littéraires (notamment ceux de l'heroic-fantasy) pour se livrer à une satire de notre société. Il a été anobli par la reine d'Angleterre en 2008, ce qui est l'équivalent de la Légion d'Honneur française.

 Le dernier héros est le 23ème roman des Annales du Disque-monde, et est un peu particulier dans la série puisqu'il a été allègrement illustré par Paul Kidby, qui s'occupe de l'essentiel des illustrations des couvertures des ouvrages de Terry Pratchett (en Angleterre). Le texte est donc plus court, et l'intrigue moins complexe ; cependant, la forme fort intéressante de l'ouvrage ne nuit pas à la qualité du texte, qui se révèle à la hauteur des standards de l'auteur.

Analyse

Note : ayant lu ce livre en anglais, quelques traductions peuvent être approximatives.

 Le problème est relativement simple et pourrait manquer d'originalité : un groupe de personnes veut provoquer la fin du monde. Cependant, là où intervient la première difficulté est que ces hommes sont des héros - qui tendent généralement à faire plutôt le contraire, et que l'on n'arrête pas si facilement. Ce ne sont pas des héros inconnus des lecteurs de la série puisqu'il s'agit de Cohen le Barbare et de sa Horde d'Argent, âgés en moyenne de plus de quatre-vingt ans. Leur plan est très simple : retourner aux Dieux ce que le premier héros leur a volé, à savoir le feu.

 Mais il ne s'agit pas d'un acte de générosité puisque, par là, ils comptent simplement mettre à sac le domaine des dieux, fichés en haut du Moyeu, l'immense pic de glace dominant le centre du Disque-monde (un monde rond et plat perché sur le dos de quatre éléphants trônant eux-mêmes sur la carapace de la grande A'Tuin, la tortue interstellaire).

 Pour les empêcher d'agir se réunit dans la grande ville d'Ankh-Morpork une équipe mêlant le Patricien, despote éclairé, les mages, relativement incapables, Leonardo da Quirm, l'égal de Léonard de Vinci avec ceci en plus qu'à ses heures perdues il griffonne distraitement des machines capable d'anéantir une population entière, Rincevent, mage couard ayant perfectionné à travers les autres tomes de la série un certain art de la fuite, et le capitaine Carotte, un officier du Guet municipal candide et héroïque.

 Ce livre réjouira tout particulièrement les amateurs de la série : si tout le monde peut le lire et le comprendre, il serait dommage de louper les nombreuses allusions faites à des histoires précédentes, et de ne pas avoir la chance de cerner précisément les personnages. En effet, la grande quantité d'ouvrages ayant précédé Le dernier héros a permis à Terry Pratchett de détailler chaque protagoniste de cette histoire, de lui donner une réelle profondeur et une personnalité que les initiés reconnaîtront instantanément.

 Toutefois, ce livre fournit sûrement l'occasion aux novices en la matière de découvrir, en une seule fois, l'ensemble des grandes figures du Disque-monde, et également d'avoir un aperçu du style particulier de Terry Pratchett.

 Si les premiers chapitres semblent n'être qu'une compilation de blagues - franchement hilarantes -, l'histoire se révèle tout de même captivante. La Horde d'Argent, principal centre d'intérêt des Tribulations d'un mage en Aurient, semble être un vivier inépuisable de blagues sur les vieillards et les héros, et surtout sur les vieillards héroïques ; Rincevent brille encore une fois de couardise, et le Patricien montre l'étendue de sa finesse d'esprit.

 Il faut bien entendu saluer le magnifique travail d'illustrations de Paul Kidby, dont certains tableaux sont notamment repris dans L'art du Disque-Monde, et qui a livré à chacune des pages de ce livre des dessins superbes et, à leur manière, d'une grande finesse humoristique. On retrouve ainsi une parodie de La création d'Adam, où Cohen le Barbare, remplaçant Adam, érige à l'attention des dieux un majeur rongé par les années de barbarie à la place de l'index d'Adam, ou encore un détournement du Cri montrant Rincevent dans l'espace, avec vue imprenable sur le Disque-monde.

 Encore une fois, Pratchett a signé un magnifique ouvrage, dont la courte histoire fait intervenir presque tous les grands du Disque-monde (à l'exception des sorcières de Lancre), les menant à une conclusion explosive - au sens propre du terme. Un must have pour tous les inconditionnels de la série, mais aussi un livre qui pourra donner le goût du Disque-monde à ceux qui ne le sont pas encore.

Citations

Note : ayant lu ce livre en anglais, quelques traductions peuvent être approximatives.

Vous voyez, la magie ce ne sont pas simplement des boules de lumière colorées. La magie fait tenir le monde en un seul morceau.

Ce qui compte, c'est comment les gens ordinaires s'en souviennent. C'est les contes et les chansons. Ce n'est pas comment vous avez vécu ou êtes morts, c'est comment les bardes l'ont écrit.

Des tas de gens seraient aussi lâches que moi s'ils en avaient le courage.