Kiyohiro Miura : Je veux devenir moine zen !

26/02/2016

L'auteur

Kiyohiro Miura est un écrivain japonais né en 1930. Il est l'auteur de deux recueils d'essais et trois romans, dont un seul est traduit en français : Je veux devenir moine zen ! (1988).


Résumé

 Ce roman "largement autobiographique" décrit les sentiments et les réactions d'un père lorsque son fils déclare qu'il souhaite devenir moine zen. Kimura n'avait que peu de raisons de penser que son fils Ryôta pourrait choisir cette vocation, qui paraît pourtant être devenue une idée fixe dans l'esprit de son garçon. Ne sachant trop comment réagir, il commence par temporiser, remettant le choix à plus tard ; finalement, plus tard étant arrivé, il est bien forcé d'accepter. 
 L'histoire de ce roman place donc un couple devant la perte de leur enfant, puisque lorsque Ryôta endosse la profession, il doit aussi, d'une certaine manière, renier ses parents pour ne plus avoir d'attache matérielle avec le monde. Bien qu'abordée avec humour, l'histoire est assez triste par moments ; le départ du fils provoque des dissensions au sein de la famille, mari et femme sont habités par une rancoeur amère.

 Heureusement, la pratique zen du mari l'aide à passer cette situation désagréable, et l'histoire se clôt sur une sorte d'harmonie. Je veux devenir moine zen ! est donc, en quelque sorte, l'histoire d'une perte puis d'une reconstruction grâce à la philosophie bouddhiste zen. On note toutefois que l'histoire est marquée par l'idée d'impermanence du monde : la reconstruction est loin d'être identique à la situation initiale.

A retenir

 L'essentiel de la formation pour devenir bouddhiste zen est résumée dans ce petit roman tout en simplicité, une simplicité qui rend l'histoire d'autant plus touchante, dans les meilleurs moments comme dans les pires.

 Quelques aspects du zen sont par ailleurs exposés de manière assez intéressante au détour du récit.

Points positifs

 Un roman qui ne marquera sans doute pas les (mes) annales, mais qui est très agréable à lire, très instructif, au ton léger et plaisant. L'histoire avance par ailleurs très rapidement, ce qui permet de réellement cibler l'essentiel de la pensée de l'auteur.

Citations

 Marcher, prendre le train, jouer avec un enfant, voilà le zen. Il n'y a rien dans le monde qui ne soit zen. Rien qui ne soit Koan. C'est la pensée fondamentale de Dôgen, la vérité en tout chose.

 Dans le monde actuel, on ne rencontre que des médiocres, enfin, des gens qui ne sont pas accomplis.

 Il faut avoir un rêve [...]. Un rêve, c'est comme une extension de la réalité. C'est se demander si demain on réussira ce qu'on a manqué aujourd'hui !