Harper Lee : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

18/06/2015

Présentation et résumé

 (Nelle) Harper Lee est une écrivaine américaine née en 1926 dans une petite ville d'Alabama. Elle a interrompu ses études de droit pour se consacrer pleinement à l'écriture ; il est alors étonnant de savoir qu'elle n'avait publié, avant 2015, qu'un seul roman : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (1960), qui connut un énorme succès en librairie. En 2015, elle a annoncé la sortie d'un second roman, écrit en 1950, qui reprend des éléments de l'univers de son œuvre précédente : Va et poste une sentinelle.

 Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur raconte quelques années de l'enfance de la jeune Scout Finch dans la ville de Maycomb, en Alabama. Son frère Jem et elle sont élevés par leur père, Atticus Finch, avocat intègre de la ville qui se trouve dans l'obligation de prendre la défense de Tom Robinson, un jeune homme noir accusé d'avoir violé une jeune blanche. À l'époque de la Grande Dépression, dans une ville des états du Sud, il s'agit d'une situation embarrassante pour le père, qui ne manque pas d'attirer des troubles sur la famille.


Analyse

 Dans les premières pages du livre, on apprend que Scout raconte l'histoire avec quelques années de recul, une fois devenue une jeune femme ; toutefois, l'essentiel de la narration s'effectue du point de vue d'une petite fille de huit ans, qui ne comprend pas tous les tenants et les aboutissants des événements qui se déroulent dans sa ville natale, mais qui est particulièrement éveillée pour son âge.

 L'intrigue se fonde sur deux éléments : le premier est l'identité de leur mystérieux voisin, Arthur Radley, que les enfants pensent être un monstre qu'ils surnomment Boo Radley ; le second est le procès intenté par Bob Ewell, le père de la jeune fille qu'il prétend avoir été violée, à Tom Robinson. Personnalité parfaitement méprisable, Bob Ewell - dont le nom ne manquera pas d'évoquer evil, le diable - semble en fait plutôt avoir violenté sa fille lui-même ; toutefois, ceci ne sera pas pris en compte par une partie des jurés lors du jugement final.

 L'histoire de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur a de nombreux points communs avec la vie de Harper Lee : née dans une petite ville d'Alabama dont Maycomb est à proprement parler le double littéraire, elle est la fille d'un avocat et était, tout comme Scout, un garçon manqué. Toutefois, l'auteure a toujours nié tout caractère autobiographique dans l'oeuvre.

 Il s'agit d'un roman qui possède une grande force, celle d'adopter le point de vue d'une petite fille : cela donne à la narration une puissance rare, une simplicité qui le rendent abordable par tous et une richesse qui fait de lui une œuvre intéressante pour tous. Le problème du racisme aux Etats-Unis n'est d'ailleurs pas dépassé, puisque l'étude du roman à l'école soulève de nombreuses polémiques dans certains états.

 Personnellement, je considère Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur comme un roman qui peut - et qui doit - se lire à différentes périodes de la vie, notamment grâce à la personne d'Atticus Finch. Cet étonnant père de famille, qui élève seul ses enfants, est pour moi le modèle de la figure paternelle 'idéale' : il semble être un puits de bon sens, de réflexion et de tolérance. Intelligent, bon, de nature douce, il s'efforce de faire en sorte que l'enfance de Jem et Scout, en plus d'être heureuse, soit un apprentissage permanent, transformant chacune de leurs mésaventures en leçons à retenir.

 Le roman peut être lu par un enfant, comme une sorte de conte, qui éveillera sa tolérance à l'égard des autres et le fera réfléchir sur la bonté humaine. Un adulte, lui, outre les souvenirs d'une magnifique enfance, verra à travers ce livre des indications pour bien se conduire dans sa vie : tolérance, réflexion et patience semblent être les maîtres mots d'une vie bien vécue. Un père en devenir ne devrait pas manquer de lire ce livre s'il veut, lui-même, apparaître comme un modèle à sa future progéniture.

 En conclusion, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est un roman d'une grande richesse, ainsi que d'une grande sensibilité, qui devrait prendre place sur les chevets de beaucoup d'entre nous et nous guider à travers nos vies.

Citations

C'était un groupe de vieux messieurs [...] qui avaient passé leur vie à ne rien faire et qui, au crépuscule de leur vie, continuaient sur leur lancée.

Je voudrais que tu comprennes ce qu'est le vrai courage. C'est savoir que tu pars battu d'avance, et malgré cela, agir quand même et tenir jusqu'au bout

D'abord, Scout, un petit truc pour que tout se passe mieux entre les autres, quels qu'ils soient, et toi : tu ne comprendras jamais aucune personne tant que tu n'envisageras pas la situation de son point de vue ... 
-Pardon ? 
-... tant que tu ne te glisseras pas dans sa peau et que tu n'essaieras pas de te mettre à sa place.

Tu es trop petite pour comprendre, mais parfois, la Bible est plus dangereuse entre les mains d'un homme qu'une bouteille de whisky entre celles de ton père.